Retenir son souffle

December 26, 2013  •  1 commentaire
To photograph is to hold one's breath, when all faculties converge to capture fleeting reality. It's at that precise moment that mastering an image become a great physical and intellectual joy." Henri Cartier-Bresson

Ce commentaire du grand maître de l'instant décisif qu'est Henri Cartier-Bresson renferme nombre de sujets, tous porteurs d'une forte signification, en tout cas pour moi.

Par exemple, il est vrai que la photographie a tout avoir avec le fait de retenir son souffle le temps d'appuyer sur le déclencheur et de capturer l’essence d’un instant. Elle a tout avoir aussi avec le fait de retenir son souffle devant l'esthétique ou l'horreur d'une scène, la beauté ou la laideur d'un être, la grandeur ou la misère d’une situation. Or, je travaille sans relâche justement dans le but de développer de plus en plus de compétences pour produire des images qui rendent l'essence d'une scène, d’une situation ou d'une personne, selon ma propre vision.

Puis, il y cette phrase au sujet de la fugacité, saisir la fugacité de la réalité. Depuis que je fais de la photo de manière engagée, je sens chaque jour comme un moment unique, fugace, qui ne reviendra jamais. Je vois chaque jour de belle lumière comme un don précieux. Je sens l’urgence de ne rien manquer.

Et aussi, il a ce bout qui parle de toutes nos facultés qui convergent dans le but de cette capture. Cela aussi est merveilleux, ce processus, cette action-non-action, ce flux de vie qui me traverse, me possède alors que je cherche quelle combinaison sera la meilleure en regard de mes exigences en ce qui a trait au message ou à l'esthétique.

Finalement, il y a cette joie physique et intellectuelle qui se saisit de moi et me transporte aussi lorsque l’image, comme une bonne photo de la nature sous le verglas, communique exactement l’exaltation que j’ai ressentie au moment de sa capture et qu’elle transmette la beauté de l’insaisissable, de l’immensité enfermée dans les petites choses du quotidien. 


Commentaires

Christian fleitz(non inscrit)
Citer une filiation avec Cartier-Besson tombe sous le sens pour une artiste dont la précision du regard et le graphisme de la composition s’impose dès le premier abord comme une évidence.
‘’ L’instant décisif’’ qu’elle rappelle, oui, mais comme lui l’entendait dans cette citation du cardinal de Retz qu’il mit en exergue d’un de ces ouvrages : ‘’Il n’y a rien en ce monde qui n’est un moment décisif’’. Ce moment magique que le photographe arrête est le privilège de son talent, car c’est son choix face à une réalité construite par son regard. ‘’Les photos me prennent et non l’inverse’’ disait Cartier-Bresson.
C’est bien de cela qu’il s’agit, mais de plus, chez France Quirion, transparait au travers de cette soumission à la rencontre de l’évènement, une émotion poétique servie avec talent par une performance technique exceptionnelle.
Une grande émotion.
Aucun commentaire publié.
Chargement...

Mots-clés
Archiver
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre (2) Novembre (3) Décembre (2)
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre